• Une simple lettre

    Une simple lettre

    Il y a tant de chose qu'une femme peut vivre sur cette terre. 
    Des joies... des moments de délice 
    qui font couler sur le cœur de douces larmes apaisantes. 
    Des larmes de joie qui en séchant, se transforment 
    en un baume qui enrobe l'âme d'une étreinte cajoleuse.


    Ces sortes de larmes on les appelle plus tard, 
    dans nos moments de solitude et d'ennui, des souvenirs heureux. 
    Parfois il nous arrive même de sourire en songeant 
    à de courts et brefs bonheurs. 
    C'est à ces moments là que le corps en profite 
    pour cicatriser les plaies que le malheur a laissé errer sur notre âme. 
    Des plaies ils en existent sous de multiples visages. 
    Ne vous méprenez pas sur ces mots, 
    il a pour une femme un tout autre sens que la plaie physique 
    qui laisse coulé le sang car dans le cœur d'une femme 
    il prend apparence de douleur... 


    Bien souvent une plaie se présente sous forme de peine. 
    C'est de ceci dont nous avons une grande crainte. 
    De la peine et de la douleur qui étouffe la joie et notre être 
    au point de se renfermer sur nous-même. 
    C'est quand trop de peine et de douleur nous gagne 
    que la solitude insidieusement s'installe. 
    L'implacable solitude qui, malgré le fait 
    que nous sommes entourés de gens bien souvent, 
    nous ronge comme un cancer.


    Que faut-il penser de notre vie quand la joie est partie 
    vers des ailleurs et que la souffrance nous gagne... 
    Que faut-il faire de nos mains quand elles ne s'entendent plus... 
    Que notre cœur se tord en nous 
    pour nous enlever l'appétit et le goût de vivre... 
    Qu'avons-nous à faire d'un corps 
    qui souffre de tant de blessures et de meurtrissures 
    dont certaines parfois sont si lourdes à porter 
    que l'on aimerait que tout se termine 
    puisque la vie ne nous apporte que malheur... 
    Personne n'a de réponse à cela, 
    à ces maux qui nous accablent sans relâche et 
    qui nous hantent et perdurent comme si la main d'un sorcier 
    caché plantait d'ignobles aiguilles à notre effigie. 
    Personne n'a de réponse pour cette femme 
    qui battue par son conjoint, endure tant de souffrance 
    et se laisse mourir chaque jour davantage. 


    Personne n'a de réponse à cette femme abandonnée 
    avec des enfants sur les bras et sans le sous 
    par un homme lâche et sans âme. 
    Personne n'a de réponse à cette femme 
    qui subit un viol et qui tout au long de sa vie, 
    vivra la rage et la honte... 
    jusqu'à même se sentir coupable… 
    Non, personne n'a la réponse à tous ces maux 
    mais il existe quand même une chose 
    où nous avons tous un grand pouvoir. 
    Une chose qui prit à petite dose, 
    peut redonner le goût de vivre et le sourire. 
    Une chose qui avec l'aide d'amis et de gens qui sont à l'écoute, 
    peut faire renaître la beauté et la prise de conscience du mieux-être.

     

     

    « Georges Brassens : Putain de Toi (Version inédite)Légende sur la femme »

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Juillet 2015 à 16:48

    Ni heureuse, ni malheureuse... c'est mieux que juste malheureuse... tout est relatif... le bonheur prend diverses formes selon les circonstances.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :